Vintage : Mimétisme et médiatisation au poker

V comme Vendredi comme Vintage !
Donc ce vendredi je vous propose un de mes articles publié il y a quelques mois dans un autre blog.

Mimétisme et Médiatisation

Depuis quelques années, le poker, et en particulier le Texas Holdem, ont connu une forte médiatisation, le faire remarquer relève au mieux du truisme…
Mais cette exposition n’est pas sans conséquence sur l’évolution du jeu lui-même et sur la perception que le joueur lambda a du jeu et de son propre rapport à celui-ci.

Petit PontIl y a quelques temps, je regardais des adolescents jouer au foot, par une après-midi ensoleillée… Les gestes techniques allaient bon train, mais ils étaient la plupart du temps dénués de toute approche tactique. L’aile de pigeon, le petit pont, ou le jonglage étaient utilisés pour eux-mêmes, dans un but à la fois esthétique et monstratif, sans réel fondement et sans finalité globale. Les joueurs reproduisaient des archétypes techniques valorisants, de type mimétique, comme les stars que le petit écran leur propose, et indépendamment d’une réelle réflexion sur l’objectif de telles prouesses. Savoir faire ce genre de geste technique, en tant que marqueur de l’excellence footballistique, devenait l’objectif premier et leur faisait oublier le véritable objectif, stratégique celui-là, et non pas seulement technique.
En bref, ils jouaient au joueur de football, au lieu de jouer au football…

La médiatisation extrême des meilleurs joueurs mondiaux de poker, ainsi que les émissions qui présentent, de manière tronquée (sélection de mains, oubli et même perte de la dynamique globale de la table, des historiques courts et longs, et de tout ce qui relève du métagame) a finalement le même type d’impact sur le joueur Lambda, (le random comme l’appellent ceux qui sont convaincus de ne pas en être).
Il se produit alors un phénomène de mimétisme, finalement ev+ pour le joueur régulier, conscient de son niveau et de sa place, mais destructeur pour celui qui se laisse berner par les sirènes de la médiatisation outrancière.

20140221-chateau

Cette distanciation du joueur par rapport à ce qu’il est, pour coller à une image véhiculée par les médias, se traduit de deux manières :
La première, que j’appellerais « financière », conduit à se fixer des objectifs totalement incohérents, en regard de son niveau et surtout de sa bankroll. Ainsi, j’ai deux ou trois fois par semaine des appels de gens qui, au prétexte qu’ils ont gagné un tournoi dans leur club (ce qu’ils nomment le plus souvent un « gros » tournoi…) veulent des cours afin de devenir professionnel au plus vite. Leurs objectifs sont de deux ordres : égotiste et financier.
Ils ont vu à la télévision des gens gagner des millions, et faire parler d’eux, alors : pourquoi pas eux ??? Ils le peuvent, puisqu’ils ont gagné le tournoi de leur club, ou un donkament à 5 euros de buy-in ! Ainsi je suis face le plus souvent à des discours surréalistes du type : « J’étais Boulanger mais j’ai fait faillite, alors j’ai ouvert une auto-entreprise en plomberie, mais ça ne marche pas fort, alors j’ai décidé de devenir joueur de poker professionnel. »

Cette première conséquence de la médiatisation, qui finalement relève du même phénomène que le mimétisme esthétique (lunettes, casquettes, capuche, logos divers, mp4 et attitude du pro américain qu’on a vu à la télévision), est intéressante du point de vue sociologique, mais n’a pas ou très peu d’impact sur le déroulement du jeu, au niveau technique, et pour les autres joueurs de la table.

Mais il y a un deuxième impact de cette attitude, qui lui n’est pas sans conséquence pour tout le monde, y compris pour les regs, qui devront s’adapter et même exploiter, cette propension à jouer au joueur !
Ainsi tel joueur qui aura vu Gus Hansen raise and 4bet utg avec 79s considérera que le move est ev+ indépendamment de tout autre paramètre, (moment du tournoi, dynamique, stacks) et s’enferrera dans une attitude mimétique, qui cela va sans dire, lui fera perdre de l’argent.
Un 4 bet light, ou un 5 bet light, avec une profondeur de stack adéquate (stack to pot ratio), et dans une perception liée à la dynamique et à l’historique, ne sera pas perçu comme tel par le spectateur devant sa télévision, qui ne retiendra que ce que son niveau lui permet de voir : à savoir, le plus souvent : les cartes.

20140221-pokerwinner

Ainsi, des moves complexes seront réduits à une exposition de testostérone, qui, certes, au niveau purement esthétique, sert le jeu du média qui le scénarise, mais dessert énormément le mimétique qui, dans son schéma d’imitation du joueur, méconnaît toutes les raisons tactiques, les tenants et les aboutissants, et ne reproduira qu’un simulacre de geste technique, dénué de sens, et, intrinsèquement, de finalité, pour n’aboutir en fait qu’à singer l’idole télévisuelle, sans aucune chance de résultat probant, et totalement à contre-courant.

Alors mesdames et messieurs les joueurs, jouez au poker, et vous deviendrez joueur de poker, par l’action que vous entreprenez, et les objectifs maîtrisés qu’elle sous-tend..
Mais de grâce, cessez de scénariser votre action et de jouer au joueur, certains regs auront tout à y gagner, mais vous sans doute jamais rien !

Les suggestions du patron...

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>